Présentation de la procédure :

Certaines patientes sont complexées par une disproportion marquée entre le haut (relativement fin) et le bas de leur corps (large), à l’origine de difficultés notoires pour s’habiller. Malheureusement, cette disproportion a tendance à s’accentuer lors d’un amaigrissement, qui affine souvent le haut du corps mais a très peu d’action sur la culotte de cheval. Les patientes développent ainsi une représentation négative de leur silhouette qu’elles assimilent à la forme d’une « bouteille d’Orangina », et responsable d’un manque de confiance en soi.

 

Le bodylift latéral est une intervention peu connue et peu répandue en France, permettant de réduire le volume du bas du corps afin de l’harmoniser avec le reste de la silhouette. Il permet d’apporter une réponse efficace aux patientes présentant une culotte de cheval très large, non traitable de manière optimale par une lipoaspiration ou un bodylift inférieur classique.

 

Cette technique avait très peu évolué depuis 1960 et a été modernisée par le Dr Jean-François Pascal, qui a été un des maîtres du Dr Petit pendant sa formation chirurgicale.

  • Déroulement de la consultation : Déroulement de la consultation :

    Le Dr Petit commencera par vous interroger sur vos antécédents médicaux et  chirurgicaux (notamment de chirurgie bariatrique : by-pass, sleeve gastrectomie, anneau gastrique), votre poids et votre taille, ainsi que votre consommation tabagique.

     

    Il vous écoutera afin de comprendre vos motivations et vos attentes concernant votre silhouette.

    Il réalisera un examen clinique global de votre corps afin de vous proposer la stratégie chirurgicale la plus appropriée à votre anatomie et à votre demande.

    Plusieurs cas de figure peuvent être rencontrés. Si vous présentez un excédent graisseux modéré au niveau de la face externe des cuisses avec une peau de bonne qualité, une lipoaspiration sera la méthode de choix pour réduire le volume de votre culotte de cheval.
    En revanche, si un excédent cutané est identifié au niveau de la face externe de vos cuisses, la lipoaspiration aggravera le problème.
    Trois techniques chirurgicales sont alors discutées en fonction des caractéristiques de votre relâchement cutané :

     

    • Si celui-ci prédomine dans le sens de la longueur de la cuisse, un bodylift inférieur vous sera proposé pour le corriger.
    • Si l’excédent cutané prédomine en largeur, l’intervention de choix sera un lifting de la face externe des cuisses.
    • Lorsque l’excédent cutané est mixte (à la fois en longueur et en largeur), un bodylift latéral associant dans le même temps opératoire un bodylift inférieur et un lifting de la face externe des cuisses vous sera proposé.

     

    Le Dr Petit vous informera du positionnement des cicatrices, des modalités et des limites de l’intervention, des suites opératoires ainsi que des principaux risques, de façon à prendre votre décision d’une manière éclairée.

     

Limites de l’intervention :

  • Le lifting de la face externe des cuisses n'a pas d'action de remise en tension sur la peau de la face interne des cuisses. Celle-ci nécessitera un lifting de la face interne des cuisses.

Bonnes candidates pour un bodylift latéral sont celles :

  • Présentant un excédent cutanéo-graisseux circonférentiel du bas du corps (au niveau de la ceinture), associé à un excédent cutanéo-graisseux important de la face externe des cuisses, à l’origine d’une disproportion entre le haut et le bas du corps (encore appelée syndrome gynoïde).
  • Ayant une gêne esthétique et fonctionnelle.
  • Acceptant la rançon cicatricielle.
  • Et ayant compris les limites de l’intervention.

Consignes pré opératoires communes à la chirurgie esthétique :

  • Arrêt du tabac 1 mois avant et après l’intervention.
  • Arrêt des médicaments qui favorisent le saignement 10 jours avant et après l’intervention : aspirine, anti inflammatoires et anticoagulants, vitamine E.

Consignes pré opératoires spécifiques à la chirurgie de la silhouette :

  • Etre à votre poids idéal et stable depuis au moins 6 mois.
  • Arrêt de la contraception orale 1 mois avant l’intervention pour diminuer le risque thrombo-embolique (phlébite et embolie pulmonaire).
  • Achat d’un vêtement de contention.

Déroulement de l’intervention :

Des dessins pré opératoires sont faits par le Dr Petit avant l’intervention.

Celle-ci est réalisée sous anesthésie générale, avec hospitalisation en moyenne de deux à trois nuits à la clinique.

 

Elle débute par une lipoaspiration et une exérèse de l’excédent cutanéo-graisseux en largeur au niveau de la face externe des cuisses (correspondant au fuseau vertical schématisé). Le temps opératoire suivant est un bodylift inférieur, dont le principe est de retirer l’excédent cutanéo-graisseux circonférentiel du bas du corps (correspondant au fuseau horizontal schématisé), et à remettre en tension la peau des fesses et du ventre.

 

Trois cicatrices sont nécessaires :

 

  • 1 cicatrice circulaire cachée dans la culotte (correspondant au bodylift inférieur).
  • 1 cicatrice verticale au niveau de la face externe de chaque cuisse (correspondant au lifting de la face externe des cuisses).


La fermeture cutanée est faite avec des fils résorbables sous cutanés.

Un pansement modelant les fesses, l’abdomen et les cuisses est réalisé en fin d’intervention.

Schéma opératoire du bodylift latéral
Schéma opératoire du bodylift latéral

Dessins du bodylift latéral (Dr Pascal, Dr Petit)

À quoi s’attendre après la chirurgie :

Le bodylift latéral est une intervention moyennement douloureuse. Les douleurs sont bien calmées par les antalgiques.

Des ecchymoses (bleus) sont classiques et persistent 2 à 3 semaines après l’intervention.
Un œdème (gonflement) est constant et de durée variable, se résorbant progressivement en quelques mois.

 

Des soins infirmiers quotidiens après votre douche avec un savon doux sont nécessaires pendant 15 jours.

Trois mesures préventives contre la phlébite sont instaurées après l’intervention : le lever et la marche, le port de bas de contention et l’injection quotidienne d’un anticoagulant (fluidifiant le sang) pendant 15 jours.
La position assise est déconseillée pendant 10 jours pour limiter la tension cutanée sur les cicatrices, notamment au niveau du sillon interfessier, zone fragile pour la cicatrisation. Les positions debout et allongée doivent être privilégiées initialement.

Le port d’un vêtement de contention est recommandé pendant 1 mois pour réduire l’œdème post opératoire.

 

La reprise progressive des activités quotidiennes est possible dans les premiers jours post opératoires. C’est une intervention fatigante et du repos est préconisé pendant 3 semaines à 1 mois.

La reprise des activités professionnelles est envisageable 3 semaines à 1 mois après l'intervention, et fonction du geste opératoire réalisé et du travail du patient.

La reprise des activités sportives est autorisée 6 semaines après l’intervention.

Risques de l’intervention :

Les complications d’un bodylift latéral sont faibles si celui-ci est réalisé par un chirurgien expérimenté pour ce type d’intervention.

 

Les principaux risques sont :

 

Dans les premières heures suivant la chirurgie :

 

  • Un hématome (collection de sang), complication rare pouvant nécessiter une reprise chirurgicale pour le drainer.


Dans le mois post opératoire :

 

  • Des problèmes de cicatrisation, se traduisant par une ou des désunions localisées (ouverture de la cicatrice) nécessitant une cicatrisation dirigée.
  • Un sérome (collection de lymphe), pouvant nécessiter un drainage en consultation.
  • Des troubles transitoires de la sensibilité cutanée.
  • Une infection, une nécrose cutanée : complications rares.
  • Une phlébite, une embolie pulmonaire : complications exceptionnelles avec les mesures préventives prises précédemment.

 

A long terme :

 

  • Un élargissement cicatriciel, pouvant nécessiter une reprise de cicatrice.
  • Une cicatrisation pathologique (cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes).

Résultat à long terme :

Le résultat final d’un bodylift latéral est obtenu entre 3 à 6 mois après l'intervention, lorsque l’œdème post opératoire a disparu.


Les cicatrices sont initialement inflammatoires (rouges et gonflées) les premiers mois, puis vont s’estomper progressivement sans disparaître. L’aspect définitif de vos cicatrices n’est pas prévisible et sera connu à l'issue de la maturation cicatricielle (entre 1 et 2 ans après l’intervention).


Ce résultat est stable dans le temps sauf en cas de variation pondérale importante ou de grossesse.

 

Le bodylift latéral donne des résultats spectaculaires en harmonisant le haut et le bas du corps. Il fait perdre plusieurs tailles de pantalon aux patientes en une seule intervention. Il engendre un bénéfice esthétique et fonctionnel majeur, à l’origine d’une satisfaction élevée des patientes ayant recours à cette chirurgie.

FORMULAIRE DE CONTACT

Nom*
Prénom*
Téléphone*
E-mail*
Par quelle intervention êtes-vous intéressé(e) ?
Commentaire